La Provence des Chefs n’est pas un simple concours de cuisine. Les serveurs aussi se mettent à table. Ils devront conjuguer élégance et sens du cocktail

concours Provence des chefs
Lors des épreuves, les futurs chefs de rang devront réaliser un triple défi : dresser les tables, décrire les produits servis dans les assiettes par leurs collègues et réaliser un cocktail.

Parce que la mise en bouche ne saurait se passer de la mise en scène, La Provence des Chefs ouvre son concours tant aux fins gourmets qu’aux futurs chefs de rang.

Vous l’aurez compris, lors des sélections et de la finale, le jury jugera d’une part, de la qualité culinaire des plats, d’autre part, de leur présentation. Les serveurs seront ainsi mis à rude épreuve : les candidats devront préparer un cocktail, sans alcool, 100 % local et à base de cerise. Avant de dresser les tables, d’apporter les plats et d’en présenter les contenus, dans un vocabulaire approprié au métier de salle. Et avec le sourire en prime…

La communication au coeur du métier

C’est là qu’intervient Christian Latil, professeur au restaurant gastronomique de l’école hôtelière d’Avignon. Ce professionnel de la salle forme les jeunes à ce métier, si spécifique. « Chef de rang, c’est donner une ambiance à la salle de restaurant à travers la chaleur humaine. C’est un métier de communication et d’échange avec le client, explique M. Latil. L’élégance du service va sublimer la maison. Voilà ce que nous recherchons : du raffinement, de la prestance. Le but est de donner la sensation au client qu’il a bien déjeuné, sans qu’il sache pourquoi. Car, reprend Christian Latil, comme le fou rire, le bonheur est communicatif. Quand on est bien, on va délier la bourse et consommer plus« .

Des qualités auxquelles s’ajoute une vigilance de tous les instants : le chef de rang doit être capable d’anticiper le moindre désir du client, le confortant ainsi dans son bien-être.

Cocktail et présentation

Et qui est mieux placé qu’un professeur en restaurant gastronomique pour éclairer nos candidats en service avec quelques astuces ? Pour le cocktail, en premier lieu, « il s’agit de faire attention au mariage des couleurs. Un cocktail, c’est comme un tableau, décrit Christian Latil. Les candidats doivent surtout faire attention au nombre de produits : trois, quatre au maximum dans le verre, pour qu’aucun ne prédomine sur les autres« . Un verre qui, pour M. Latil a une importance toute particulière : « Le packaging est essentiel. Pour que le cocktail soit vendu, il doit être beau !« , insiste-t-il.

Pour la deuxième partie du concours – le service des plats et leur présentation – le professeur souligne l’intérêt de la relation cuisinier-serveur : le chef ne peut se passer du serveur et inversement. « C’est un travail d’équipe. Le serveur doit connaître les produits qu’utilise son binôme« . Là, fin prêt, le chef de rang se mettra au service de la gastronomie…